Accueil

Dans un contexte de forte pression démographique et de raréfaction des sols, la requalification des sites et sols pollués, en milieu rural et urbain, représente un enjeu présent et futur pour la santé humaine et pour la préservation de l’environnement. Parmi les méthodes émergentes sur les marchés du traitement et de la gestion des sites et sols pollués, la phytostabilisation aidée est présentée comme pouvant d’une part, contrôler les flux de polluants dans l’écosystème Sol-Plante et d’autre part, rétablir une dynamique permettant aux sols pollués de récupérer les niveaux de fonctionnalité historique en favorisant leur résilience. Cependant, la rentabilité socio-économique de ce mode de gestion constitue l’un des principaux freins à son développement. La valorisation de produits biosourcés, à hautes valeurs ajoutées, issus de la biomasse végétale produite sur des parcelles contaminées permettrait d’abaisser les coûts globaux de gestion et de requalification des sols pollués et de redonner un intérêt économique à des terres agricoles délaissées tout en répondant aux attentes environnementales, économiques et sociales. Parmi les filières de valorisation éco-innovantes présentant une rentabilité élevée, la culture de plantes à parfums aromatiques et médicinales (PPAM) peut être suggérée comme une option prometteuse.


L’objectif  du projet PhytEO est le développement d’une nouvelle filière de valorisation de biomasse végétale produite sur des sols contaminés par des éléments traces métalliques (ETM). Il s’agit d’évaluer la viabilité technique et socio-économique d’un mode de gestion innovant, basé sur la phytostabilisation des ETM et la production d’huiles essentielles (HE) présentant des activités biologiques à partir de plantes à parfums aromatiques et médicinales (PPAM) cultivées sur des parcelles expérimentales de sols agricoles historiquement contaminés par les ETM.